Le retour du Petit Buddha – Documentaire HD en français

 

C’est déjà une légende au Népal. Son histoire a fait le tour du monde. Cet adolescent de 15 ans aurait passé un an à méditer, immobile sous un arbre, sans boire ni manger. Une chose assez extraordinaire et insolite qui mérite toute notre intention. Dans cette immense foret de plusieurs centaines de kilometres notre jeune Bouddha médite.

Qu’est ce le Bouddha : 

Le titre de bouddha (terme sanskrit बुद्ध buddha « éveillé », participe passé passif de la racine verbale budh-, « s’éveiller »), désigne une personne ayant, notamment par sa sagesse (prajñā), réalisé l’éveil, c’est-à-dire atteint le nirvāna (selon le hīnayāna), ou transcendé la dualité samsara (Saṃsāra)/nirvana (nirvāņa) (selon le Mahāyāna). Il peut être désigné par d’autres qualificatifs : « Bienheureux » (भगवत् bhagavat), « Celui qui a vaincu » (जिन Jina), « Ainsi-Venu » (तथागत Tathāgata)2.

L’appellation de bouddha peut donc référer à plusieurs personnes. Le bouddha le plus connu demeure le fondateur du bouddhisme, Siddhārtha Gautama, archétype du « bouddha pur et parfait » (सम्यक्सम्बुद्ध samyaksambuddha).

 

Origine du terme

Le mot bouddha est, en sanskrit, le participe passé passif de la racine verbale budh, बुध् (de l’étymon hypothétique *bhudh par application de la loi de Grassmann). On explique la désaspiration budh-ta → bud-dha par la loi de Bartholomae.

La racine signifiant « s’éveiller » serait de même étymon indo-européen que le lituanien bundùbùsti « éveiller », que le polonais budzić « éveiller » (racine bud’ des langues slaves, cf. Dictionnaire étymologique du proto-indo-européen, Pokorny, racine bheudh) ou que le grec ancien πυνθάνομαι (punthánomai) « s’informer » (ou encore, après des évolutions sémantiques profondes, l’allemand bieten « demander »), entre autres nombreux dérivés dans les langues indo-européennes. Le terme buddha signifie donc littéralement « qui s’est éveillé ». Les langues occidentales ont emprunté le terme sanskrit, en l’adaptant à leur orthographe (bouddha en français, Buddha en allemand, buda en espagnol, etc.).

Le mot sanskrit a été transcrit phonétiquement en moyen chinois (consulter cet article pour plus de détails) par les caractères 佛陀, se lisant alors phjut-thwa, actuellement fótuó, et abrégé en 佛 . Les Japonais l’ont emprunté sous la forme 仏陀 budda, transcription également phonétique, souvent abrégée en 仏 (butsu), lue également hotoke.

 

Trois types d’éveil

Statue de Bouddha au temple des Six Banians à Canton.

Statue du Bouddha, non localisée.

Dès l’origine, les textes pālis distinguent trois voies vers l’éveil3 :

  • Est śrāvakabuddha (sanskrit ; pāli sāvaka-buddha), auditeur, celui qui a atteint le nirvāņa grâce à l’enseignement d’un bouddha. Il est plus souvent appelé arhat et n’est pas toujours considéré comme un bouddha.
  • Est pratyekabuddha (sanskrit, pāli pacekka-buddha), bouddha solitaire, celui qui a trouvé la voie par lui-même, mais n’a pas les capacités de libérer d’autres êtres.
  • Est samyaksambuddha (sanskrit, pāli sammāmsam-buddha), bouddha pur et parfait, celui qui a atteint l’éveil pur et parfait(samyaksambodhi) par lui-même et a les capacités d’enseigner le dharma. Atteindre cet éveil demande de suivre la voie de bodhisattva.

 

PHOTOS :

C’est ce dernier type que désigne le plus souvent le terme bouddha. L’exemple le plus célèbre en est le Bouddha historique, Shakyamuni, mais d’autres samyaksambuddha sont reconnus et vénérés.

Après son nirvāna, un bouddha est affranchi de tout lien (samyojana), mais peut encore être affecté par la maladie ou empoisonné ; si son corps porte trente-deux marques distinctives, il est néanmoins constitué de quatre éléments et donc périssable. Cependant, certains textes évoquent la quasi-invulnérabilité du bouddha parfait, résultat du fait qu’il a évacué son mauvais karma, en particulier en sacrifiant au cours de nombreuses existences des parties de son corps, voire sa vie. La blessure infligée par Devadatta à Shākyamuni est ainsi interprétée comme le signe d’un léger reste de mauvais karma.

Voilà ce qui explique pourquoi des centaines de milliers de personnes viennent d’Inde ou du Népal pour s’incliner devant celui  qu’elles considèrent comme la réincarnation de Bouddha. Malgré qu’il y’a plusieurs mois il aurait disparu mais aujourd’hui et cela depuis Février 2018 est enfin de retour et le mystère reste entier.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bouddha

 

error: Content is protected !!