AJAK DENG

 

Une vive Beauté kamite / Noire comme l’on aime… Un super Mannequin, un fort Charisme et du charme à en tombé love.. Voilà tout ce dont nous demandons à la femme Model kamite.

afrosomething-article-ajakdeng

INFORMATIONS PERSONNELLES : 
Vrai Nom : Angélique Deng
Pays d’origine : Tonj, Soudan
Date de naissance : 7 décembre 1989
Lieu de résidence : Melbourne, Australie
Hauteur : 183cm (6’0″)
Poitrine : 82cm (32″)
Taille : 62cm (24.5″)
Hanches : 87cm (34″)
Pointure : 40 (US9 )
Cheveux : Noirs
Yeux : Noirs
Ses atouts : Son visage, son teint, ses jambes
Agence : Chic Management,
IMG Models – New York, Paris & London

 

 

SON PARCOUR / SA VIE / SA BIO  :

Son parcours :

AJAK « Angélique » DENG née le 7 Décembre 1989, est un mannequin d’origine Soudanaise. Elle réside enAustralie depuis plusieurs années.

Mannequin  à la peau ébène, Ajak Deng est le top qui monte. Elle affiche une ligne gracieuse et élancée, que l’on pourrait comparer à celle d’Alek Wek. Originaire du Soudan où elle a connu une jeunesse difficile, elle a dû se réfugier au Kenya avant de s’envoler pour l’Australie.

Elle voit le jour en décembre 1989 à Tonj, village reculé du Soudan. Une partie du monde ravagée par une guerre civile sans fin, qui a fait des millions de morts et plus de 4 millions de déplacés depuis ses débuts.

L’enfance d’Ajak n’est que fuite et violence, un début de vie où le quotidien n’est que tristesse et combats pour survivre. La famille Deng se réfugie dans un camp de réfugiés à Kakuma, au nord du Kenya pour fuir les exactions perpétrée au Soudan.

C’est dans ce camps qu’Ajak perd sa mère à l’âge de 12 ans, victime de la malaria, la petite fille devient alors une mère pour ses 7 frères et sœurs. Ajak doit grandir très vite et prendre des responsabilités d’adulte : nourrir, vêtir, abriter et surtout protéger sa famille, la dernière de la fratrie est alors âgée de 6 mois.
La délivrance arrive en 2005, quand la famille Deng réussi à quitter le camp pour Melbourne en Australie, Ajak part sans se retourner pour commencer une nouvelle vie.

Nouvelle vie, en effet, Ajak prend un virage à 180°. Aujourd’hui sous les objectifs, elle se souvient qu’enfant, elle n’osait pas rêver, sa seule préoccupation étant de survivre. L’Australie est pour elle synonyme de Liberté.
C’est après des débuts peu encourageants que le top, forte d’une grande détermination, a finalement rejoint l’agence new-yorkaise IMG. Elle a été le visage de Benetton et Topshop et pose pour la campagne de la ligne CK One de Calvin Klein pour le printemps-été 2011. Ajak Deng défile désormais depuis quatre saisons et connaît une carrière qui s’annonce très prometteuse depuis 2010. On a pu la voir chez Louis Vuitton, Cacharel ou Mark Fast notamment pour la Fashion Week printemps-été 2011, et dernièrement chez Emanuel Ungaro, Carolina Herrera ou Givenchy lors de la Fashion Week automne-hiver 2011-2012. Tantôt brune, tantôt blonde, Ajak devient le premier modèle noir à défiler pour Chloé depuis Lyah Kebede. Valentino, Jean Paul Gaultier, Marc Jacobs, pour n’en citer que quelque’ uns tombent également sous le charme de la soudanaise

 

Liens : instagram

HISTOIRE DU PAGNE ET DES IMPRIMÉS AFRICAINS

Le pagne, s’il vous plait prière de prononcer ce mot avec beaucoup de respect parce que c’est ce mot très simple et anodin en apparence qui fait la beauté, l’élégance, le raffinement des femmes à la peau d’ébène et qui fait surtout ressortir le talent, la créativité de nos stylistes africains. Et, ne me dites pas que vous n’en connaissez pas. Rien que les noms d’Alphadi, de Pathé O (Nelson Mandela, lui, le connait), d’Oumou Sy, pour ne citer que ceux là et DIEU seul sait qu’il y en a pas mal, doivent vous rappeler des rêves, des moments uniques. Des matières, des couleurs, et des femmes (fort heureusement) c’est l’Afrique, bienvenus chez nous !

Pour ceux qui ne le savent pas, le pagne africain est une étoffe rectangulaire qui peut servir aussi bien de vêtement que de couverture. Concernant le vêtement, il se caractérise par la diversité des techniques de fabrication et des matériaux. Et très important, notez que le pagne africain a d’autres utilités, nous y reviendront !
Commençons par le commencement et intéressons nous à la manière dont on fabrique les pagnes africains. La technique de fabrication dutapa vient des pygmées d’Afrique centrale ou les Mangbetu de la République Démocratique du Congo. Toutefois, de nos jours, ladite technique s’est modernisée et on la voit un peu partout en Afrique. Lors de la fabrication proprement dite, ce sont les hommes qui sont chargés de battre les fibres au moyen de battoirs en bois ou en ivoire, une tâche qui s’accomplit souvent en groupe au bord de la route et les femmes sont quant à elles chargées du décor de l’étoffe. Croyez-moi, aucune de ces tâches n’est facile et heureusement que la plupart des pagnes sont tissés. Et pour ce, il existe quatre types de fibre textile. Nous avons le coton qui est filé par les femmes et dont l’usage est le plus courant, la soie, la laine et le raphia.
Le pagne africain n’est pas qu’un vulgaire ornement. Aucunement ! Il possède une quintessence et a une histoire. Il y a des pagnes qui sont portés rien que par des hommes, d’autres par des jeunes filles, ainsi de suite. Et, les pagnes africains ont des noms, mais, mettez ça aussi de côté nous y reviendrons. Avec tout ceci, vous conviendrez avec moi que le tissage du pagne africain ne peut se faire par monsieur tout le monde. Ça non ! C’est une activité quasi exclusivement masculine d’une part, et de l’autre elle est réservée à une certaine catégorie de personnes qui maitrisent des connaissances ancestrales. Elle est pratiquée sur des métiers verticaux ou horizontaux et là aussi c’est un travail d’équipe qui se fait en chantant des fois. C’est un beau spectacle. Alors, la pièce d’étoffe une fois tissée fait l’objet d’une teinture réalisée par application ou immersion. Et, il existe différentes couleurs. Le jaune qui provient de la racine de gingembre sauvage, le noir qui est obtenu à partir du charbon de bois, le bleu grâce aux feuilles d’indigo transformées en boule, et cetera. Une fois fabriqué, le pagne a plusieurs utilités. Il peut être porté enroulé autour de la taille ou de la poitrine par les femmes qui s’en servent pour se couvrir le corps à la maison, pour aller au champ ou pour porter leur bébé. Comme je le disais tout à l’heure, les qualités et les modalités de port rendent compte d’un statut. Ainsi, les chefs de village portent un certain type de pagne dans une certaine circonstance, les reines également. Prenons l’exemple des pagnes en raphia rouge nommés « ntango » en Afrique centrale et qui sont portés autour de la taille par les chefs à l’occasion des funérailles, et le « lembe lembe », qui est un petit pagne féminin en raphia court servant lors de danses funéraires. Toujours dans les exemples, chez les Kuba de la République Démocratique du Congo, les « ntshak » qui sont de longues étoffes en raphia tissé et à décor appliqué servaient de pagnes à la famille royale et à l’aristocratie lors des cérémonies. Il existe aussi des motifs symbolisant des contes, des proverbes ou des évènements historiques ou religieux. Ainsi, on peut fabriquer un pagne rien que pour un décès ou un mariage et mettre comme motif la photo du défunt ou des mariés !
Vous devez noter qu’en Afrique, le pagne apparait comme un moyen d’expression culturelle réunissant us et coutumes, croyances et traditions. Ce ne sont pas seulement les motifs ou le port qui sont porteurs de sens. Les couleurs jouent aussi leurs rôles. Le blanc par exemple est signe de paix, le bleu de pouvoir, le jaune de fertilité et le rouge d’honnêteté. Le pagne en Afrique est symbolique. A tel point qu’Anne Grosfilley y a consacré un livre intitulé « l’Afrique des Textiles ». Un écrit très riche qui lève un grand voile sur les secrets du pagne africain. Secret entre griffe puisque c’est celui de polichinelle. Ainsi, en parlant toujours de sens des pagnes, dans les tissages de type ashanti au Ghana, le motif « nsoroma » traduit l’essence féminine de la vie et celui appelé « apremuo » est associé à la résistance des ashanti dans les guerres coloniales européennes. Restant dans cette logique d’utilité du pagne africain, j’avais susmentionnée que j’y reviendrais. Eh bien j’y suis ! Mais, vous ne devez le raconter à personne disons que ce sera un secret entre vous et moi. Voilà ! En Afrique, il existe un petit pagne que l’on appelle « le bethio » et qui est un élément indispensable de la séduction chez les femmes africaines plus particulièrement sénégalaises. Il est fait de subtiles matières, de différentes couleurs qui ont leur importance au cours de la danse nuptiale. Il y a aussi le pagne blanc de la mariée qui doit être taché de sang le lendemain de la nuit de noce pour prouver la virginité de la mariée ! Sans commentaire.

(ILLUSTRATIONS GALLERY)

Le pagne en Afrique ne permet pas seulement aux femmes de valoriser leur beauté. Elles en tirent aussi du bénéfice. Les « Nana Benz » du Togo en savent quelque chose. Il fut un temps, ces dames détenaient le monopole de la commercialisation des pagnes et imposaient leur loi au grand marché de Lomé. Nous devons reconnaitre quand même que ce sont des femmes qui possèdent un sens aigu alors là très aigu des affaires. Elles ont inventé le métier de grossiste et c’étaient autour d’elles que ghanéennes, ivoiriennes, béninoises se pressaient pour l’achat des pagnes. Pour un peu d’histoire, retenons que ce qui a vraiment fait la fortune des « Nana Benz » ce sont les Wax hollandais qui à l’origine étaient destinés à l’Indonésie. Du coup, avec leur fortune, elles ont eu envie d’avoir une voiture confortable et solide. Alors, elles achetaient des Benz d’où leur nom « Nana Benz ». Très difficile à croire mais quand même vrai. Si vous avez l’occasion de faire un tour à Lomé renseignez-vous !
Pour en revenir au pagne africain proprement dit, notez qu’il en existe différents types. Ici, nous allons parler de trois types très reconnus à savoir le bogolan, le wax hollandais et le woodin sans publicité aucune ! Continue reading

  • Online Now

    propulsé par WassUp